Rechercher des articles

  • Effacer les filtres

Liens Europe Ecologie

Suivez-moi !

Derniers articles

Agriculture : 300 élus signent une tribune en faveur du bio

L’agriculture bio nourrit sans impact négatif sur l’environnement, la biodiversité et le climat mais paradoxalement elle n’est que très peu soutenue par la PAC et la France. C’est pourquoi je co-signe avec des élu·e·s de bords politiques divers cette tribune de la FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique) qui rappelle que sans bousculer les cadres actuels nous n’atteindrons jamais les objectifs français et européens de surfaces en bio.

Agriculture et alimentation : l’Etat doit nous aider à prendre soin de nos concitoyen-ne-s et de nos territoires. La politique agricole en cours de négociation dessinera l’agriculture et l’alimentation des 10 prochaines années, nous ne pouvons plus nous permettre de perdre encore 10 ans dans la transition écologique agricole.

La pandémie nous rappelle combien le soin à l’autre est une urgence : soin des plus âgés, des plus fragiles mais aussi des jeunes envers lesquel-les nous avons une responsabilité. Mais il nous faut aussi penser au-delà. Pour nous, élu-e-s locaux et nationaux de toute la France, prendre soin de nos concitoyen-ne-s et de nos territoires passe entre autres choses par l’accès à une alimentation de qualité, protectrice de notre santé, de nos écosystèmes et de nos économies locales.

Les institutions doivent prendre leur part dans l’effort de transition agricole et alimentaire. C’était l’un des objectifs de la loi Egalim qui portait l’ambition de 15% de surfaces agricoles biologiques en 2022 et 50% de produits durables en restauration scolaire, dont 20% de bio.

Pourtant le compte n’y est pas. La dynamique de conversion biologique n’a pas bougé après Egalim ; comment pouvons-nous introduire des produits biologiques dans les cantines sans conversion des surfaces agricoles ? Nous voulons une production française de qualité, gage de la souveraineté alimentaire du pays et nous voulons démocratiser les produits bio et français en restauration collective.

Alors qu’on sait que le modèle de l’agriculture biologique répond aux enjeux climatiques et écologiques contemporains – protégeant l’eau, la biodiversité et la santé humaine, assurant des revenus décents pour les agriculteurs et créant des emplois durables dans les territoires – seuls 2% des 10 milliards d’euros annuels de la dernière politique agricole commune ont été orientés pour le soutenir. Les associations environnementales ont de leur côté chiffré à 330 millions d’euros annuels les besoins pour atteindre les objectifs de qualité en restauration scolaire et le plan de relance n‘en a fléché que 50 millions d’euros sur deux ans.

En tant que collectivités nous disposons de nombreux outils pour avancer vers la transition écologique mais nous avons besoin que l’Etat prenne sa place.

L’urgence sociale, l’urgence climatique, la dégradation rapide des écosystèmes nous dit d’aller plus vite plus loin. L’Europe promet déjà 25% de surfaces agricoles bio en Europe en 2030, pourquoi pas nous ? Pourquoi ne visons-nous pas une cantine bio pour tous ? Avec au moins 50% de produits bio en restauration scolaire et une généralisation de la tarification sociale ? Certains d’entre nous y sont déjà, d’autres auront besoin du soutien de l’Etat pour y parvenir.

Il faut 1 milliard d’euros par an dans la prochaine PAC pour développer et pérenniser les surfaces en bio ; il faut que l’Etat utilise la prochaine loi de finance pour soutenir les plus petites collectivités vers le développement d’une alimentation bio pour tous les enfants.

Nous savons ce qu’il faut faire, nous avons les outils à notre disposition, nous devons mettre les moyens et la motivation politique pour ne pas une fois de plus nous retourner sur des objectifs non atteints.

Tribune et liste des 300 signataires sur le site des Dernières Nouvelles d’Alsace.

    Laissez votre commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.*