Rechercher des articles

  • Effacer les filtres

Liens Europe Ecologie

Suivez-moi !

Derniers articles

Tribune / Pour un impôt européen temporaire sur la fortune

Je suis co-signataire de cet appel publié par Libération pour une taxe progressive sur le capital des 1 % les plus riches qui permettrait de financer l’effort face à la crise en épargnant les populations les plus vulnérables et en faisant contribuer les plus grands patrimoines européens dans des proportions modérées.

 

Le Covid-19 représente un choc économique brutal, massif et déstabilisateur pour la France et l’Union européenne (UE). Dans l’immédiat, la puissance publique s’endette pour sauver l’économie, protéger les revenus des ménages et éviter les faillites d’entreprises. Pour sortir de la crise, un consensus parmi les économistes se dégage en faveur d’une mobilisation extraordinaire de 10 % du PIB de l’UE, soit près de 1 600 milliards d’euros, sans que le chiffrage précis de cette intervention ne soit arrêté.

Ces nouvelles dettes, qui pour les payer ? Les classes moyennes, déjà fragilisées par la crise de 2008, ne pourront pas à nouveau les éponger par l’impôt ou l’inflation, au risque d’oublier trop rapidement les principaux enseignements de la crise des gilets jaunes. La solidarité sur la richesse, en revanche, n’a jamais semblé aussi nécessaire. C’est à elle de s’exprimer pour assurer le remboursement des dettes par la mise en place d’un impôt européen temporaire sur la fortune. Alors que les petits salaires, les ripeurs, les soignants, les caissiers sont au front de l’épidémie, nous avons besoin de la solidarité des 1 % pour le jour d’après. Les plus riches d’entre nous ont une occasion historique de montrer qu’ils n’ont pas fait sécession en prenant leur part à la reconstruction.

Après la Seconde Guerre mondiale, les miracles économiques sont allés de pair, dans certains pays d’Europe et notamment l’Allemagne, avec une taxation de la richesse et du capital. En 1945, l’Allemagne exsangue, dans la foulée, a mis en place des impôts limités dans le temps et progressifs sur la fortune afin de contribuer à la reconstruction sans faire peser la charge fiscale sur des populations trop meurtries. Cela a permis des rentrées fiscales nécessaires à un redémarrage économique.

Aujourd’hui, nous proposons de taxer la richesse nette et le capital des 1 % les plus riches, de manière progressive, pour dix ans, à l’échelle de l’Union. Les recettes seraient consacrées au remboursement des euro-obligations émises lors de la crise Covid-19 ou au financement d’un fonds commun de sauvetage et à la transition environnementale qui est notre horizon. Cet impôt concernerait l’accumulation passée : les rendements de l’investissement actuel et de l’innovation ne seraient donc pas affectés. Ce ne serait donc ni un frein à l’investissement ni à la reprise.

Cet impôt serait en outre progressif et redistributeur : les 1 % des Européens aideraient les 99 % restants. Rappelons que les 1 % des individus les plus riches détiennent environ 20 % à 25 % de la richesse totale en France, en Allemagne, en Espagne et en Scandinavie. Si le coût de la gestion de la crise due au Covid-19 s’élève à 10 points de PIB de l’UE, cet impôt suffira à rembourser cette dette supplémentaire en une décennie. L’impôt européen sur la fortune que nous proposons ne concernerait donc personne en dessous d’un patrimoine inférieur à 2 millions d’euros et ne concernerait que le patrimoine allant au-delà de ce montant. La richesse imposable représenterait environ 60 % de la richesse totale des 1 % les plus riches, soit l’équivalent de 67,5 % du PIB de l’UE. Cet impôt sur la fortune progressif serait à un taux de 1 % pour les 1 % les plus riches, de 2 % pour les 0,1 % les plus riches et de 3 % pour les milliardaires. Son rendement représenterait 1,05 % du PIB européen par an. Ce projet sera l’expression d’une double solidarité : elle permettra de financer l’effort collectif face à la crise en épargnant les populations les plus faibles et les plus vulnérables…

Tribune complète et liste des signataires sont à retrouver sur le site de Libération.

    Laissez votre commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.*