Rechercher des articles

  • Effacer les filtres

Liens Europe Ecologie

Suivez-moi !

Derniers articles

Maurice Leroy au service de la Russie

Alors que François Fillon, d’abord réticent à quitter son poste après le début de l’invasion russe en Ukraine, a tout de même fini par démissionner devant l’avalanche de critiques, d’autres anciens ministres travaillent toujours au service de la Russie. C’est le cas de Maurice Leroy, ancien député de mon département et ancien ministre de la Ville dans le gouvernement de François Fillon.

En 2019, Maurice Leroy quitte son poste de député après des quelques manœuvres pour éviter la tenue d’une élection législative partielle pour désigner son successeur : il se fait élire vice-président au tourisme du Loir-et-Cher afin d’être en cumul de mandats, seule situation où un député peut « léguer » son poste à son suppléant Pascal Brindeau.

À la demande de Segueï Sobianine, maire de Moscou et ancien chef de cabinet du gouvernement de Vladimir Poutine en 2008, Maurice Leroy devient directeur général adjoint de l’entreprise publique Mosinjproekt (100% détenu par le gouvernement de Moscou) pour travailler sur le projet du Grand Moscou. En décembre 2021, alors qu’il travaille déjà en Russie, il est décoré de la légion d’honneur par Nicolas Sarkozy. Depuis 2022, il est vice-président chargé du développement international du Grand Moscou.

Le 12 février 2022, Maurice Leroy relayait le discours officiel de Poutine à travers un tweet de l’Ambassade de Russie en France. Ce tweet accusait les médias occidentaux de désinformation et de propager « la thèse d’une prétendue invasion de l’Ukraine par la Russie en préparation ».

Il décrit également Marat Khusnullin, qu’il a conseillé pendant plusieurs années lorsque celui-ci était Maire adjoint de Moscou, comme un «ami». Marat Khusnullin est aujourd’hui vice-Premier Ministre du gouvernement en charge de la construction et du développement régional, et il fait l’objet de sanctions de l’Union Européenne entant que membre du gouvernement.

Claude GRUFFAT, membre de la Sous-commission des Affaires fiscales du Parlement européen déclare :
«Un des arguments portés par Maurice Leroy est de distinguer la culture russe de la politique poutinienne. Cependant, le projet du grand Moscou sur lequel il travaille n’est pas qu’une politique d’urbanisme : l’objectif est d’en faire une « ville globale » afin de rayonner internationalement et d’attirer les investissements étrangers et les filiales d’entreprises transnationales. Ce n’est pas pour rien que depuis 2022 il est chargé du développement international du Grand Moscou. L’objectif est de promouvoir la ville pour les entreprises et donc, de servir les intérêts de l’économie russe qui finance la guerre en Ukraine.

Maurice Leroy compte-t-il quitter la Russie et revenir en France ? Selon ses dires, passer par Dubaï ou la Turquie rend le voyage trop long et les prix des billets d’avion ont flambé. Un véritable obstacle pour un ancien ministre payé 10 000 euros par mois par Moscou !»

 

Photo : Jacques Paquier, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons

    Laissez votre commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.*